LE PROJET


PLACE-FONTAINE DE N’DJAMÉNA

 

PhotosFranck-fintvx +inaug-mars2014P1110911-72dpi

La deuxième réalisation du programme Liaisons urbaines a été inaugurée le 26 mars 2014. Elle porte sur la requalification de la place de Chagoua, espace de quartier et pôle d’activités économiques et culturelles organisé autour d’activités de distribution de l’eau.  Mené avec des concepteurs tchadiens – deux jeunes architectes-urbanistes encadrés par un designer-constructeur – ce projet succède à la requalification de la place vodoun Agonsa Honto inaugurée en janvier 2013 à Porto-Novo au Bénin.

Ce volet intitulé Place-fontaine de N’Djaména, est soutenu par l’Institut Français (Paris) en association avec l’Institut français du Tchad –  IFT, porteur du projet, et la Cité de l’architecture et du patrimoine (Paris), partenaire du projet. La place réaménagée fut inaugurée lors des journées d’études « Vivre en capitale » organisées du 25 au 29 mars par l’Institut français du Tchad et le Centre Al-Mouna ; temps fort de restitution de « Mutations Urbaines », programme de résidences d’artistes (théâtre, photographie, danse, conte) immergés dans l’espace public, financé par un Fonds Social de Développement.

Opérateur du projet Places-fontaines de N’Djaména : Institut français du Tchad, coordination générale : Patrick Giraudo, directeur adjoint

Concepteurs associés : Malloum Hisseine Mallah Adam et Bertin Fali Padjonré, architectes-urbanistes

Coordination technique : Abdelkader Badaoui, plasticien-designer-constructeur / fabrication : Ateliers Abdelkader Badaoui, N’Djaména

Direction artistique du programme Liaisons urbaines : Franck Houndégla

Partenaires locaux et internationaux du projet : Mairie de N’Djamena, Mairie du 7e arr. de N’Djamena GLD – Groupement local de développement de Chagoua AFD –  Agence française de développement
Photos : Franck Houndégla, Big Cool, Claire Nini / Dessins de projet : Malloum Hussein Mallah Adam & Bertin Fali Padjonré

PRINCIPALES ETAPES DE L’OPÉRATION

  • Juillet 2013 : repérage de sites à N’Djaména et mise en place de l’équipe de coordination de l’opération
  • Novembre 2013 : rédaction du cahier des charges et lancement de l’appel à candidatures ouvert aux concepteurs locaux (designers, architectes, plasticiens, opérateurs du spectacle vivant)
  • Décembre 2013 : pré-selection et consultation des candidats, sélection des concepteurs sur projet d’intention
  • Décembre – janvier 2014 : conception du projet
  • Février – mars 2014 : réalisation des travaux
  • 26 mars 2014 : inauguration

Quelques images du chantier : Photos : Big Cool

 

ORIENTATION DE L’INTERVENTION

La « place à vivre » de Chagoua - quartier populaire situé au sud-est de N’Djaména – est un espace inscrit dans les pratiques quotidiennes des habitants du quartier. Sa fréquentation importante et régulière, rassemble chrétiens et musulmans, hommes et femmes. Différentes activités commerçantes, sociales et culturelles y prennent place : vente d’eau, salon de coiffure, alimentation, bureau de rédaction d’un journal pour la jeunesse, bureau emploi-insertion, jeux de société (Scrabble), réparation de téléphones. La place est gérée par le Groupement Local de Développement (GLD) de Chagoua, structure publique représentant la mairie centrale.

Les qualités de ce lieu de fréquentation populaire pouvaient être renforcées. Il s’agissait d’améliorer ses caractères esthétiques et fonctionnels, mais aussi d’élargir son potentiel d’usages, par une intervention créative. Cette intervention de design, au sens plein du terme (architectural, paysager, mobilier, graphique, signalétique ou artistique), devait rester relativement légère mais s’inscrire dans une vision globale de l’espace et de ses usages.

En voici les principaux objectifs :

- améliorer la lisibilité / l’identité de la place ;

- renforcer l’identification de ses différentes activités ;

- requalifier la partie « borne-fontaine » du château d’eau, en intervenant par exemple sur les parois, les mobiliers ou le sol (tout en ayant à l’esprit que l’intervention puisse s’étendre un jour aux 12 bornes-fontaines du quartier) ;

- requalifier le hangar et les mobiliers qui accueillent les joueurs de Scrabble ;

- proposer des façons adaptées de verdir ou fleurir l’espace ;

- imaginer une structure d’exposition de plein air qui permette de valoriser les travaux issus des résidences artistiques qui se déroulent dans les quartiers de la ville (photographie, écriture, danse, théâtre, arts plastiques, design graphique).

 

AVANT-APRÈS : LES TRANSFORMATIONS DE LA PLACE

 

REGARD PHOTOGRAPHIQUE

En parallèle aux opérations de transformation concrètes d’espaces de proximité, le programme Liaisons urbaines passe commande à des photographes-auteurs, des vidéastes et des chercheurs afin qu’ils apportent leur vision particulière du thème exploré. A N’Djaména, Abdoulaye Barry a travaillé sur une série consacrée aux usages quotidiens de l’eau potable dans le cadre domestique. Il en suit les parcours, depuis les bornes-fontaines d’où elle est distribuée, jusqu’aux multiples situations de vie qu’elle génère.

Photos : Abdoulaye Barry

REGARD SOCIOLOGIQUE

En parallèle aux opérations de transformation concrètes d’espaces de proximité, le programme Liaisons urbaines passe commande à des photographes-auteurs, des vidéastes et des chercheurs afin qu’ils apportent leur vision particulière. Le sociologue Olivier Guiryanan, qui a observé les usages de la place et suivi le développement du projet, a produit un rapport où il analyse les effets de l’opération sur les usagers en terme de perception, de réprésentation et d’usages. Le rapport sera prochainement mis en ligne.

couv rapport Olivier Guiryanan